Peintre d’observation de son époque, Monique Bravo, usant de l'art du détournement, exprime sa vision de scènes de la vie quotidienne. Ses toiles oscillent entre sphère onirique et critique satirique de nos sociétés contemporaines.

Nombres de ses œuvres telles que "Fesse-book", "Vénus terrassant Anorexie", "Mobilhonni" ou encore "Vomi de mer" traduisent ainsi respectivement ses inquiétudes sociétales et environnementales. 

L’œuvre de Monique Bravo s’affirme comme figurative, à l’instar des peintres néo-réalistes, tels les allemands Jonas Burgert et Nobert Bisky ou le franco-péruvien Braun-Vega.

Diplômée de l'Ecole Normale Supérieure de Cachan section "Arts appliqués", titulaire des quatre certificats "Histoire de l’Art", "Technologie et Perspective", "Décoration" et "Dessin" (nu et figurines de mode). Ancienne élève de René Aubert à Versailles.

 

Devenue professeur titulaire de Dessin et Arts plastiques à l'Ecole Alsacienne à Paris, elle enseignera par la suite une vingtaine d'années en France et au Maroc.

Expositions en France et au Maroc, dont l'exposition personnelle « Clins d’œil aux maîtres et  allusions… » à la Mairie du VIème arr. de Lyon.